Dans la peau d’un maître verrier

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous plonger dans la peau d’un artisan d’art. Découvrez au fil de cet article l’origine du métier de verrier, ses différentes technicités et sa manière d’appréhender la matière.

L’origine historique du métier

Héritier d’une technique ancestrale et d’une longue tradition, le métier de verrier nous vient du Proche-Orient et est antérieure à 1500 avant Jésus-Christ. En effet, il a été découvert des objets utilitaires en verre à cette période en Égypte et en Syrie. 

En ce qui concerne la technique du verre soufflé, elle est attestée peu de temps avant la naissance du Christ et se diffuse aisément et rapidement au temps de l’Empire Romain.

C’est au cours de la Renaissance vénitienne, au XVème siècle, que l’utilisation du verre comme matière première atteint son apogée et s’utilise fréquemment dans le domaine des arts décoratifs.

Mais pourquoi est-ce que le verre est une matière aussi privilégiée ? Et bien, on l’affectionne beaucoup pour sa résistance, sa transparence ou encore sa malléabilité.

Qu’entend-on par verrier ?

La liste officielle des Métiers d’art a été fixée par l’arrêté du 24 décembre 2015 et regroupe 198 métiers. Parmi ces métiers, le domaine du verre en contient quatre : verrier à la main, verrier au chalumeau, verrier décorateur ou encore verrier fondeur. Tous ces métiers témoignent d’une technicité unique. De plus, ils sont liés aux différentes étapes de fabrication d’objets en verre.

L’art du maître verrier s’illustre par la mise en forme et la décoration du verre à froid où à chaud. La plupart du temps,  il utilise la matière pour fabriquer des objets utilitaires tels que des objets du domaine des arts de la table, des luminaires ou de la décoration d’intérieur.

Mais, comment travaillent-ils la matière ?

Le saviez-vous ? Il y a trois grandes étapes importantes dans la création d’une pièce en verre.

Le maître verrier commence, la plupart du temps par la création de sa matière première. Le verre s’obtient au travers du sable porté à son point de fusion c’est-à-dire à 1300°C. 

Toutefois, il est important de préciser ici qu’il n’y a pas une seule et unique façon de créer du verre. En effet, le maître verrier crée sa matière en fonction de l’usage qu’il souhaite conférer à sa création et selon la forme qu’il souhaite lui donner. Cette étape a un impact sur toute la suite du processus de création.

Dans un second temps, le verrier passe par un travail de la matière à chaud pour lui donner sa forme générale et pouvoir facilement la travailler. Cette étape est elle aussi primordiale car plus le verre refroidit, moins il est malléable. Il faut profiter au maître verrier du court temps qu’il a pour façonner la matière, lui donner une forme.

Enfin, le travail de la matière à chaud peut être complété par un travail à froid de la matière pour lui ajouter des détails tels que des motifs ou des couleurs.

En règle générale, il existe deux techniques différentes plus usitées que les autres pour travailler le verre :

  • Le verre soufflé à la canne
  • Le verre au chalumeau

Comment ce métier d’art est-il valorisé à l’heure actuelle ?

Les métiers du verre sont confrontés à une dure réalité, celle de la transmission. De par l’expertise, le savoir-faire et la dextérité que requiert ce métier, la maîtrise parfaite de ces gestes s’acquiert sur une très longue période. Le travail de transmission se fait donc sur plusieurs années.

À l’heure actuelle, de nombreux événements permettent au métier de maître verrier de faire parler de lui. À titre d’exemple, on peut citer le Festival International des arts du verre à Palau-del-Vidre en Occitanie ou encore, la Biennale Internationale du verre. 

Les musées ont également un rôle de prescripteur dans ce domaine-là. Si vous souhaitez en savoir plus sur le métier de verrier, vous pouvez visiter le Centre d’art du verre à Carmaux dans le Tarn ou bien le Musée du Verre à Conches-en-Ouche dans l’Eure. 

Enfin, parce que la valorisation passe forcément selon moi par la transmission pour ce qui concerne les métiers d’art, de nombreuses formations sont accessibles dans le domaine de la verrerie. Pour vous donner quelques idées, il existe l’Université régionale des Métiers d’art à Sorèze en Occitanie et le Centre européen de Recherches et de Formation aux arts verriers à Vannes-le-Châtel dans le Grand-Est.

J’espère avoir pu vous éclairer sur le métier de maître verrier le long de cet article. Sachez qu’il n’est pas du tout exhaustif et que ce métier d’art renferme encore beaucoup de secrets et de spécificités que je n’ai pas abordés.

Merci pour votre lecture et je vous dis à bientôt pour la découverte du métier de maroquinier sur le blog 🤩

N’hésitez pas à me suivre sur Instagram juste ici 👉🏼 https://www.instagram.com/olkos.fr/ ou sur Facebook juste là 👉🏼 https://www.facebook.com/olkos.fr pour plus de contenu 😉

Elwen ✨

Inscrivez-vous et ne ratez aucune info !

En début de chaque mois, retrouvez dans votre boîte email l’actualité du monde de l’artisanat d’art, qu’il s’agisse d’événements, de tendances ou encore d’innovation.