AHPY, créations Bleu de Pastel

J’ai eu la chance de rencontrer Annette Hardouin au sein de son atelier à Toulouse. Nous avons eu de riches échanges autour de sa vocation, de ses savoir-faire mais nous nous sommes également questionnées sur la valorisation de l’artisanat d’art en général.

J’avais découvert l’activité d’Annette autour du Pastel dans une interview sur France 3, c’était donc plutôt improbable pour moi de me retrouver face à elle quelques années plus tard à Toulouse  ✨

Qui se cache derrière AHPY ? 

Derrière cet acronyme se cachent deux personnes : Annette Hardouin et Yves Patissier. Ils forment tous les deux AHPY, créations Bleu de Pastel.

Annette et Yves sont ennoblisseurs et créateurs textiles, stylistes de vêtements en pièces uniques, de bijoux et d’accessoires. C’est en 1997 qu’ils se rencontrent et c’est en 2007 que le duo AHPY s’installe dans l’atelier du Caillou gris aux Minimes, à Toulouse.

Ils sont avant tout un binôme qui fonctionne grâce à l’apport des expertises de chacun. Yves est chargé du prototypage des vêtements et des accessoires d’après les dessins d’Annette. Quant à Annette, elle s’occupe de la recherche des nouveaux modèles et des créations, de la sélection des tissus, de la couture mais également de la teinture

Des créations uniques grâce au Pastel

Après l’obtention de leur textile, arrive une étape toute particulière de la création artisanale, la teinture. Pour ce faire, le textile est plongé dans une bassine de teinture produite par les feuilles de Pastel et où on l’y laisse tremper quelques minutes. 

Le textile ressort de la bassine de la couleur verte et non pas bleue, ce qui peut sembler surprenant. La magie de la teinture s’opère lorsque le textile sèche à l’air libre car l’oxygène va délivrer toute sa couleur bleue au textile. Ce procédé ressemble fortement à celui qui était utilisé au Moyen-Âge dans la région de Toulouse, il avait d’ailleurs fait la richesse de la région à l’époque.

Préserver les traditions tout en les modernisant

La particularité d’AHPY, c’est qu’elle utilise la feuille de Pastel pour réaliser la teinture de leurs textiles à la main. Le Pastel est le symbole d’une qualité ancestrale et apporte donc toute sa singularité à la création.

En ce sens, on peut dire qu’AHPY préserve la tradition en continuant à utiliser ce procédé de teinture hérité du Moyen-Âge. Toutefois, Annette et Yves la modernisent également en créant sans cesse de nouvelles collections de vêtements et d’accessoires pour le plus grand plaisir de leur clientèle.

Leur activité permet de sauvegarder cette technique ancestrale et participe donc fortement à la valorisation de ce patrimoine culturel de la région Occitanie.

Un lieu de formation et de transmission de savoir-faire

AHPY c’est également un lieu d’échange et de partage des connaissances. En effet, AHPY propose des formations lors desquelles on peut apprendre à créer des vêtements, des accessoires ou bien teindre ses propres vêtements sous les bons conseils d’Annette et d’Yves. 

Le grand plus de ces formations, c’est qu’ils s’adaptent entièrement au niveau de connaissance et de pratique des personnes qu’ils forment. 

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur l’activité d’AHPY, voici le lien de leur site web et de leur Instagram juste ici

Quant à moi, je vous remercie d’avoir lu cet article, n’hésitez pas à le partager ça me ferait très plaisir ✨

À bientôt sur le blog ou sur les réseaux sociaux !

Elwen

La mosaïste Sylvie Potier

Pour continuer notre série d’immersions au sein d’ateliers d’artisans d’art, je vous propose de découvrir l’atelier de la mosaïste Sylvie Potier. Entre création de pièces uniques, décoration de mobilier d’intérieur ou encore travail de restauration, vous découvrirez que son savoir-faire s’illustre de nombreuses manières. 

Qui est Sylvie Potier ?

Son parcours d’artisan d’art débute par une formation d’Expression Plastique aux Beaux-Art de Toulouse qu’elle achève en 1985.

Par la suite, elle a travaillé pendant quelques années dans des théâtres à la création de décors et de costumes, pour différentes compagnies de danse et de spectacle vivant. Par la suite, elle a été décoratrice et étalagiste dans de grandes maisons. Elle a pu faire profiter de sa créativité à de grands noms comme Hermès ou Guerlain. 

C’est en 1999 qu’elle concentre son activité autour de la mosaïque et qu’elle ouvre son atelier en tant que maître artisan

Sylvie Potier est une référence dans son domaine. Désormais, elle transmet son savoir-faire au travers de formations professionnelles au sein de son atelier.

Un travail singulier de la matière

Le travail de Sylvie est toutefois très divers, elle utilise différentes matières en fonction de l’effet qu’elle souhaite conférer à ses créations artistiques et bien sûr, différents outils pour donner la forme qu’elle souhaite aux matières qu’elle travaille. Elle allie matière et couleur pour créer des pièces uniques, des oeuvres d’art singulières. 

Nous nous sommes longuement arrêtées devant l’une de ses créations, un portrait de femme à la chevelure remarquable. Le travail de la mosaïste autour des cheveux de la femme est si minutieux et si bien pensé qu’on a comme l’impression qu’ils flottent dans l’air. Le saviez-vous, lorsqu’on façonne un portrait en mosaïque, la partie la plus difficile à réaliser n’est pas les yeux, comme on pourrait le penser, mais bien les oreilles du personnage. En effet, il faut réussir à recréer leur relief par un choix minutieux des teintes.

La plupart du temps, elle puise son inspiration dans l’art antique, la mythologie grecque, le symbolisme ou encore dans l’art japonais. Ses matériaux de prédilection ne sont autres que le verre texturé, l’émaux et la dalle de verre, le grès cérame, la tuile, la céramique émaillée, le marbre, l’or, les coquillages, les pierres ou encore les galets…

Elle est devenue en quelques années, une référence dans le domaine de la mosaïque et lorsqu’on découvre les coulisses de son atelier et ses réalisations, on comprend bien pourquoi.

Un maître artisan qui a beaucoup de cordes à son arc

Sylvie Potier concentre également son activité autour de l’organisation de formations et de stages dédiés à l’apprentissage de la mosaïque pour transmettre son savoir-faire et surtout, le faire perdurer. Elle propose de vous former à la mosaïque au travers de :

  • La création de mosaïques
  • La rénovation de mosaïques
  • La création de mobilier art-déco
  • La décoration de mobilier ou d’intérieurs

 Ces formations prennent place au sein même de son atelier à la Plagne, un village non loin de Cazères. Si l’envie vous en dit, n’hésitez pas à la contacter.

Et si vous souhaitez en apprendre davantage à propos de Sylvie Potier, n’hésitez pas à faire un tour sur son site web accessible juste ici. Vous trouverez également de nombreuses informations sur sa page Facebook, juste là.

À bientôt pour une nouvelle immersion chez un artisan d’art !

Elwen ✨

Les luthiers Écho d’Artistes

Pour ce premier article dédié à l’immersion au sein d’un atelier d’artisanat, l’équipe d’Olkos vous propose de découvrir Écho d’artistes, des luthiers à l’histoire inspirante en plein coeur du frontonnais, au nord de Toulouse.

Venez, on entre !

Qui se cache derrière Écho d’Artistes ? 

C’est avant tout l’histoire de trois luthiers passionnés, Childéric, Alexandre et Benjamin. Ils sont spécialisés dans la fabrication d’instruments à cordes, la réparation et les réglages des instruments. Ils proposent une offre de prestations assez complète qui illustre leur amour du travail bien fait.

En ce qui concerne la matière de création, ils ont à coeur de sélectionner des bois bruts qu’ils travaillent entièrement dans leur atelier, jusqu’à la dernière étape de finition.

Les particularités de cet atelier de lutherie sont avant tout, un travail de recherche mené autour de l’acoustique de l’instrument combiné à la mise en valeur des essences de bois.

Écho d’artistes se donne également pour mission d’offrir un confort de jeu aux acquéreurs de leurs instruments. Parfois, ils n’hésitent pas à adapter la prise en main de l’instrument, suivant les demandes particulières de leurs clients (allègement du poids de l’instrument sur l’épaule etc…). 

Un atelier de lutherie où il fait bon vivre

Lorsque vous entrez dans l’atelier d’Écho d’artistes, vous tombez nez à nez avec des machines en forge très anciennes datant des années 1970. Ces machines nous donnent tout de suite un aperçu du métier de luthier et du travail de la matière. C’est incroyable de se dire qu’elles peuvent très bien fonctionner pendant une centaine d’années encore. 

C’est un atelier chaleureux, où il fait bon vivre et où on est très bien accueillis par des luthiers qui aiment partager leur histoire. Lorsqu’on discute quelques minutes avec eux, on comprend tout de suite leur philosophie et la vision qu’ils souhaitent donner à leur entreprise. 

On a été plutôt impressionnés par la beauté de toutes les essences de bois différentes ainsi que les étapes de production avant d’arriver à un produit final. D’ailleurs, on serait bien restés plus longtemps admirer leur processus de création et le travail des mains. 

Préserver la tradition tout en y ajoutant des notes d’innovation

En amont du travail manuel, il y a un important travail de recherche et de réflexion autour de la création de l’instrument chez Écho d’artistes

En effet, ils façonnent les instruments au travers d’une technique artisanale en employant des procédés traditionnels qu’ils renouvellent en poussant toujours plus loin la recherche acoustique. De plus, ils essayent toujours de se renouveler, à titre d’exemple, ils vont bientôt sortir une gamme de guitares électriques.

Leur démarche est un moyen de donner un souffle nouveau à la lutherie, de montrer toutes les possibilités et toute la liberté créatrice qu’offre ce métier d’art. 

Pour faire perdurer le métier de luthier, Écho d’artistes à également une autre approche : la transmission.

Un lieu de formation, un lieu de transmission de savoirs

Cet atelier est aussi une école de lutherie qui offre la possibilité d’apprendre le métier, spécialisé en guitare. L’idée est que la formation confère à l’élève toutes les clefs pour entrer dans le monde de la lutherie par la suite. La formation comprend 1022 heures réparties sur une année scolaire standard. 

Au programme de la formation : des cours dédiés à la connaissance de la matière, au façonnage des pièces ou encore à la création de son identité de marque en tant que luthier

Si l’envie vous en dit de découvrir cet atelier, il est ouvert du lundi au samedi, de 10h à 12h et de 14h à 19h.

N’hésitez pas à aller faire un tour sur leur site web juste ici ou à les suivre sur Instagram juste là   pour en apprendre plus sur Écho d’artistes

Merci d’avoir lu cet article, n’hésitez pas à le partager ça me ferait très plaisir et à bientôt ✨

Elwen